Retour sur le Conseil municipal du Lundi 12 décembre

 

Nous devions délibérer sur l’ouverture étendue à l’après-midi du magasin Picard pour 5 dimanches (tout le mois de décembre) et du magasin Carrefour Market pour 12 dimanches répartis dans l’année. Nous avons rejoué à l’Assemblée Nationale ! Et la proposition Macron a gagné…

Nous avons surtout redit notre inquiétude quant au maintien d’une bonne activité pour les plus « petits » commerçants et notre attachement à respecter un temps familial pour tout le monde. Mais l’intérêt de travailler comme caissier à un tarif intéressant pour des étudiants a été évoqué, non pas pour éviter de vivre de subventions comme l’a évoqué Mme la première adjointe, mais bien plutôt pour soulager financièrement les parents pour par exemple, les études ou le permis de conduire. 

 

Le dossier de la soirée était l’adoption du budget primitif 2017. L’équilibre financier est bien sûr comme la loi la demande, respecté. Les recettes fiscales sont de 17 M. Les dépenses de fonctionnement sont de 22,6 M dont 13 M de dépenses de personnel. Les dépenses d’investissement sont de 11 M; ce sont 1,7 M de remboursement de la dette, plus de 5 M pour le Colombier, 845 000 E pour des études notamment pour celles de la rénovation du Centre André Malraux et de l’Eglise et 400 000 E pour la mise en conformité aux handicaps. Nous rappelons que pour le Colombier, la part de la CAPS est de 3 M et la région apporte 914 000 E. 

 

La pression fiscale est maintenue avec 0,5 % de hausse d’impôts comme pour toutes les prestations municipales par ailleurs. Ce qui nous maintient dans une valeur par habitant bien au-dessus de la moyenne nationale alors que les dépenses d’équipement / hab sont bien en dessous de la moyenne nationale, avec un endettement lui aussi en dessous de la moyenne nationale. L’emprunt prévu est d’environ 3 M.

 

Mr le Maire nous a informés qu’une demande de subvention régionale avait été demandée pour la restauration des tribunes Robert Desnos et pour l’Eglise.

Nous avons ensuite discuté des subventions données aux copropriétés pour l’entretien des voies privées ouvertes à la circulation générale (n’hésitez pas à les utiliser !), nous rappelons ici que toutes les copropriétés ne le demandent pas alors qu’elles en ont la possibilité.

 

Six postes de contractuels à l’année ont été créés pour les adjoints d’animation, remplaçant des postes de vacataires à l’heure. Il est certain que ceci permettra d’avoir une équipe stable, compétente et motivée auprès des enfants. On ne peut que l’encourager.

 

Le conseil municipal a autorisé Mme la première adjointe à signer une convention (avec participation de 2000E) avec le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) dont le Président est Mr le Maire, pour des conseils pour l’édition d’un livre sur l’architecture de la commune. 

 

Nous nous sommes abstenus sur l’attribution des subventions aux associations pour les mêmes raisons que l’année dernière ; nous regrettons ce système qui reste trop opaque sur l’organisation (les demandes doivent être renouvelées au bon moment chaque année) et les critères de jugement pour une attribution ou non et sur le montant. Nous regrettons notamment qu’il n’y ait aucune subvention prévue pour l’AS du Collège, c’était à eux de réitérer leur demande annuelle... Cela nous semble bien peu respectueux des professeurs d’éducation physique et de leurs élèves, qui évidemment sont demandeurs chaque année d’une aide pour leurs projets. Autre exemple, les sommes attribuées aux associations de parents d’élèves sont les mêmes quel que soit le nombre d’enfants pris en charge. 

 

Nous le répétons ici, présidents d’association n’hésitez pas à faire votre demande ; Noel n’est pas encore passé ! 

 

Pour information, l’office du tourisme n’est plus et est devenue une association subventionnée à hauteur de 14 500E.

 

Nous avons de nouveau voté contre la subvention de 23 000E que le conseil municipal attribue chaque année au groupe scolaire privé catholique Sophie Barat de Chatenay-Malabry dans lequel environ 80 élèves de Verrières sont scolarisés. Il n’y a aucune obligation pour Verrières à verser cette somme par élève. Nous restons, en ces moments de restriction budgétaire, sur des choix qui nous semblent plus satisfaire le bien général et les services publics. 

 

Pour la subvention importante au TUVB, 260 000 E versus 250 000 en 2016, cela nous semble évidemment un minimum pour cette très grande association qui gère tout le sport sur la ville. Leur demande était de 317 000 E. Nous en profitons pour rappeler notre regret de ne pas avoir de véritable service des sports. Quant aux commissions « sports » ; depuis l’élection municipale, une a été organisée pour visiter les locaux de la ville et une pour … ? Il n’y avait pas d’ordre du jour ni avant ni après.

 

Cela n’empêche pas le TUVB d’avoir de plus en plus de pratiquants et des projets qui vont avec.

 

Nous avons voté à l’unanimité pour que le Centre Communal d’Action Sociale reçoive une subvention de 322 500 E avec des ajustements possibles dans l’année.

 

Si vous souhaitez connaitre l’intégralité des sujets et discussions, n’hésitez pas à lire les CR qui sont accessibles sur le site de la mairie.

 

 

Votre équipe de Réussir Ensemble Verrières le Buisson

 

 

Aurelia Chauveaud-Lambling, Baptiste Fournier, Vincent Hulin et Michel Yahiel.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Quillard (mercredi, 14 décembre 2016 20:15)

    Merci pour ce compte-rendu détaillé