Meilleurs Voeux 2021


Notre Tribune dans le mensuel de janvier            Y aura t il de la démocratie en 2021?

À l’heure où ces lignes sont écrites, fin novembre, nous sommes toutes et tous confinés, dans l’attente d’une éventuelle prochaine étape annoncée pour le 1er décembre. Nous n’avons aucune idée de ce qu’il sera possible de faire pour Noël. Et si la situation sanitaire semble s’améliorer, elle reste difficile dans les hôpitaux, tandis que les commerces, bars et restaurants restent fermés. Bref, nous en sommes encore à la première étape de ce re confinement, la plus contraignante.

À l’heure où vous lisez ces lignes, une nouvelle année a débuté. Vous êtes, nous l’espérons, dans un confinement moins strict et la situation sanitaire s’est améliorée. Ce que nous décrivons ci-dessus doit donc vous paraître totalement anachronique. En tout cas, bien éloigné de votre réalité et de vos besoins.

Alors pourquoi écrire cette tribune aussi tôt ? Volonté de notre part de s’y prendre à l’avance et de faire valoir notre sens de l’anticipation ? Pas du tout : ce sont les règles que la majorité nous impose. En effet, pour insérer un texte au nombre de signes toujours identique dans un encadré immuable prévu pour cela, il semble nécessaire de disposer de plus d’un mois. Sinon, le couperet tombe comme vous l’avez constaté à plusieurs reprises et… la tribune est vide.

Il n’y a aucun argument technique valable pour justifier cela. Quelle autre raison, alors ? Le seul argument qui tienne est celui de la nécessaire « prise de recul », afin d’éviter les réactions « à chaud ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il faut écrire les questions « orales » au conseil municipal 48h à l’avance, ou que le public ne peut pas y prendre la parole. C’est aussi pour cela que les élus de l’opposition n’auront pas le droit de participer au conseil local de sécurité, tout comme la commission sanitaire leur est fermée…

En réalité, on le voit : derrière tout cela, il y a d’abord la volonté d’éviter toute discussion, tant avec les élus qu’avec l’ensemble des verriérois. Mais pourquoi craindre le débat, pilier de la démocratie ? Quand on ne vise que l’intérêt général, il y a tout à gagner à s’appuyer sur l’intelligence collective.

 

Dans l’immédiat, nous vous souhaitons une très bonne année 2021 et une excellente santé à toutes et tous.


L' Essentiel du Conseil Municipal du 17 décembre 2020

Vos élus de Réussir Ensemble Verrières, Agnès Quinquenel et David Chastagner, vous présentent l'essentiel du Conseil Municipal qui s'est tenu le 17 décembre dernier.


Recours sur le PLU rejeté par le Tribunal Administratif

Le Tribunal administratif de Versailles a donc rejeté le recours de verriéroises et de verriérois contre le PLU de la majorité.

Nous ne commenterons pas cette décision de justice, qui ne sera définitive que si les requérants décident de ne pas faire appel. Mais elle ne remet en rien en cause notre position : ce PLU a été imposé par la majorité sur la base d'une information minimale et ne porte pas la vision que notre ville mérite.

 

Et la majorité en a elle-même fait la démonstration : alors qu'elle votait "avec enthousiasme" ce PLU il y a quelques mois, la dernière campagne électorale l’a conduite à un revirement inattendu. Elle est en effet revenue sur deux des quatre projets de construction qu’elle présentait jusqu’ici comme indispensables. En promesse en tout cas, puisque la réponse de la ville au recours continue à les présenter comme bien prévus… Même la majorité, à l’épreuve du temps et de la réalité, se rend compte de ses erreurs. Sauf à ce qu’elle n’ait pas l’intention de concrétiser ces promesses électorales ? Seul l’avenir le dira.


Notre tribune dans le mensuel de décembre :        Une municipalité aux abonnés absents

La commune de Verrières est-elle encore gouvernée ? On peut se le demander : le Conseil municipal est en sommeil depuis fin juillet, tandis que les commissions se tiennent par intermittence et uniquement en tant que chambre d’enregistrement. Les moyens techniques, d’ailleurs déjà expérimentés ces derniers mois, permettent de se réunir à distance et de travailler dans des conditions presque normales, y compris lorsqu’une question fait débat et provoque plusieurs interventions. En outre, rien n’empêche le maire et ses adjoints de communiquer, au moins pour information, en direction des élus, sans omettre - comme la mauvaise habitude en a été prise depuis trop longtemps - ceux de l’opposition le plus souvent ignorés. Tout porte à croire que la majorité s’accommode du contexte et pourrait, à l’extrême, limiter les séances du conseil au strict minimum que la légalité impose.

Or, « l’exercice solitaire du pouvoir » fait rarement bon ménage avec la démocratie. Et c’est précisément parce que la période est exceptionnelle, sur fond de crise sanitaire majeure, qu’il faut veiller à resserrer les liens, à éclairer la population, à débattre des efforts collectifs à mener, entre autres. Ceci permettrait d’ailleurs de contenir les rumeurs, d’alerter tout autant que de rassurer, selon les besoins, en se fondant sur des données précises et incontestables.

Ainsi, nous maintenons qu’il est parfaitement anormal d’être privés de toute information sur les impacts réels de la pandémie à Verrières-le-Buisson : sans évidemment enfreindre le secret médical et la protection des personnes, personne n’est actuellement capable de cerner la situation dans nos maisons de retraite et au-delà, d’identifier les mesures à prendre en fonction des enjeux, y compris à l’égard des victimes économiques et sociales du coronavirus, particuliers ou professionnels (associations, commerces...).

Mais, pour y parvenir, il faudrait changer de logiciel : sortir de l’entre soi, concerter plus que jamais, jouer collectif et non pas individuel. Bref, rentrer un tant soit peu dans le XXIème siècle en pratique et pas seulement dans les annonces et les discours.

 

Il parait que, dans la sphère publique, les crises ont des vertus. En particulier, celle de révéler les tempéraments et les responsables d’avenir : mais,  tels sœur Anne, nous ne voyons décidément rien venir sous notre latitude.


L' Essentiel du Conseil Municipal du 16 novembre 2020

Cette vidéo résume en 9 minutes l' Essentiel du Conseil Municipal de Verrières-le-Buisson du 16 novembre 2020. Vincent Hulin et David Chastagner nous présente les points clés de ce conseil qui a duré plus de 5 heures et n'a pas permis de traiter la partie questions réponses placée en fin de séance à 1heure du matin. La démocratie locale ne peut pas s'exprimer !


Merci à tous ceux qui nous ont fait confiance

Verrières, le 30 juin 2020

 

Madame, Monsieur,

 

Les électeurs ont donc tranché : la majorité sortante est reconduite à Verrières le Buisson. Un grand merci aux 2166 verriéroises et verriérois qui nous ont accordé leur confiance. Ce résultat nous déçoit bien sûr, mais nous donne aussi de l’espoir. D’abord, parce que l'écart est faible : nous progressons encore de 200 voix dans ce second tour, dont la tenue était déjà en soi une grande première dans cette ville.

Ensuite dans la mesure où le maire sortant, compte tenu de l’abstention élevée, n’aura réuni les suffrages que d’un Verriérois sur quatre, ce qui lui interdit tout triomphalisme.

Enfin, du fait de l’élan collectif sans précédent qu’a suscité notre campagne, autour de thèmes et de valeurs qui ont fortement progressé, certes encore insuffisamment pour l’emporter, mais dans des proportions très encourageantes : l’écologie, le vivre ensemble, la démocratie locale et, au-delà, le double impératif de la préparation de l’avenir et de l’intérêt général.

Forts de ces acquis et de votre confiance, nos 7 élu-e-s municipaux-ales et notre élu communautaire seront des opposants constructifs mais vigilants, plus que jamais à votre écoute pour peser, autant que possible, en faveur d’une gestion municipale transparente, de choix concertés, de décisions cohérentes, priorités dont chacun sait qu’elles restent trop peu prises en compte dans notre ville.

Merci de votre confiance renouvelée et à bientôt dans le cadre de nos prochaines initiatives pour réussir ensemble le Verrières de demain !

 

Fidèlement,

Vincent HULIN