Le parcours (du combattant) de la fibre

La fibre promise est (enfin) arrivée à Verrières, alors qu’elle était annoncée par 2016. Mais pas partout, comme le précise le site de la ville qui présente une carte illisible sans calendrier, tout en renvoyant vers le prestataire pour toute précision. Ce qui est un peu surprenant : on peut difficilement concevoir le prestataire s’affairant dans la ville sans concertation avec les services techniques municipaux. 

C’est tout aussi surprenant sur le principe : la municipalité ne s’inquiète donc pas du déploiement d’un tel service pour ses citoyen-ne-s…  De premières expériences nous remontent. Rappelons avant tout que  le choix de se relier à la fibre appartient à l’usager… à condition que celle-ci arrive devant sa porte. Si vous en faites la demande, vous devriez être considéré comme éligible puisque la commune est considérée comme câblée. A ceci près que votre rue ne l’est peut-être pas réellement, et ça, vous n’en savez rien sauf à enquêter vous-même.

 

Le rendez-vous étant fixé, prévoir plusieurs heures d’installation. En effet, cela n’est pas si simple : le câble fait 7 mm de diamètre, est rigide, ne peut emprunter les anciennes goulottes téléphoniques, etc. Il convient donc de bien réfléchir avant l’arrivée des techniciens au chemin du câble et à l’installation de la box. De même, les techniciens sont limités dans leurs possibilités techniques. Un seul exemple : il leur est impossible de percer verticalement, pour des raisons d’assurance et de risques. Parfois à vous, donc, de percer les trous pour passer d’un étage à un autre.

 

Ce parcours du combattant peut rendre plusieurs visites nécessaires avant que l’installation ne soit terminée. Saluons tout de même l’opiniâtreté des techniciens, dont la tâche n’est pas simple et qui ne ménagent pas leur temps.

  

L’histoire ne nous dit pas encore comment cela se passe avec des câbles enterrés ou aériens, voire en appartement. Vos expériences sont les bienvenues.