PLU : et maintenant ?

La multiplication récente des réunions publiques sur le PLU, les moyens techniques et humains déployés à cette occasion, montrent au moins que l’une des principales critiques émises dans son avis négatif par le commissaire-enquêteur à savoir le manque de concertation, a été entendue. Ceci ne peut que nous satisfaire puisque, jusqu’alors, la majorité municipale campait dans le déni, considérant s’être acquittée de son devoir d’information.

Après cette série de réunions, où le mécontentement général de la population était patent, la question qui se pose reste celle de leur débouché concret : que va décider notre Maire ?

 

Une première option serait de ne rien changer au plan initial et de passer en force, en se contentant de valoriser l’effort de dialogue ainsi consenti, y compris en direction des collectifs associatifs conviés en dernière minutes à s’exprimer très brièvement. Bien que rien ne puisse prouver que cette piste soit exclue, elle parait peu soutenable en l’état.

 

L’option symétrique serait une vaste remise à plat, mettant en cause l’actuel projet de PLU et relançant toute la procédure. Cette solution serait, dans le contexte actuel, le plus raisonnable, mais il semble douteux qu’elle prospère car elle impliquerait que la majorité mange ouvertement son chapeau.

 

Un affichage de compromis parait plus vraisemblable, qui serait en réalité une variante cosmétique du   premier scénario, avec des ajustements apportés au projet, mais sans remise en cause de ses points clé les plus contestés, notamment l’aménagement du Bd Foch (le sort respectif du Bua, de la ZAE des Petits Ruisseaux et du square Léon Maugé semblant un peu plus ouvert).

 

 

Quoi qu’il en soit, un prochain conseil municipal aura à connaître de ces évolutions, qui, à tout le moins, ne pourront être traitées en catimini. Pour faire en sorte que le débat citoyen puisse avoir lieu en toute transparence, nous demandons que la séance du conseil se tienne dans une salle de grande capacité, par exemple à l’Espace Bernard Mantienne, afin que le public soit accueilli dans des conditions dignes. En outre, nous proposerons que le vote ait lieu à bulletin secret, ce qui supposera que la majorité y consente : dans le cas contraire, elle manifesterait une défiance évidente pour ses propres membres.