Journée internationale des droits des femmes : l'égalité femmes/hommes à Verrières-le-Buisson

Dans son dernier état des lieux du sexisme en France, publié le 2 mars dernier, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes tire à nouveau la sonnette d’alarme sur la situation des femmes : en 2019, 99% des françaises disent avoir été victimes d’un acte ou commentaire sexiste, elles ont réalisé 80% du travail domestique, ont perçu des salaires nettement inférieurs à ceux de leurs collègues masculins, et ont continué à subir des violences insupportables - 149 femmes ont

été assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint au cours de l’année passée.

 

Il est urgent d’agir.

A l'approche de cette journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous sommes heureusement beaucoup à penser de la sorte : 92 % des jeunes considèrent que le sexisme est un problème en France. Il s’agit donc d’y remédier, à tous les niveaux de la société.

L’échelon local peut et doit jouer un rôle dans la lutte contre les inégalités. Que ce soit la culture, l’aménagement du territoire, la sécurité, la vie démocratique locale, l’éducation, la santé, l’économie, tous les domaines de l’action municipale sont concernés. Nombreuses sont les actions qui peuvent être menées à Verrières afin de contribuer à changer les mentalités et construire ensemble une ville plus égalitaire.

 

Notre projet de ville en tient fortement compte.

Aujourd’hui, grandir et vivre à Verrières-le-Buisson quand on est une femme, c’est habiter dans une rue qui porte le nom d’un homme, aller dans une école puis un collège qui portent des noms d’homme, pratiquer ses activités culturelles et sportives dans des lieux qui portent des noms d’hommes. Les femmes sont très peu visibles dans l’espace public Verrièrois : elles sont cantonnées au square Louise de Vilmorin.

 

Aucune autre figure féminine ne peut-elle donc être honorée ? Ce manque cruel de représentativité compte dans l’imaginaire collectif. Ne pas exister dans l’espace public, c’est ne pas vraiment appartenir à Verrières-le-Buisson. Rééquilibrer cette situation est donc primordial : notre future Maison de la Citoyenneté et de la Culture portera le nom d’une femme.

Toute action municipale doit se poser la question de son impact spécifique sur les femmes et des inégalités potentielles qu’elle peut créer. L’aménagement est par exemple crucial, en veillant à créer des espaces qui seront ouverts et accessibles à tous et à toutes. 

Une politique municipale d’égalité, c’est aussi encourager l’implication des femmes dans la vie démocratique locale, entendre leurs besoins et leurs propositions.

C’est veiller à ce que les femmes se sentent en sécurité à Verrières, en sensibilisant par exemple la police municipale aux violences sexistes et sexuelles et aux LGBT-phobies. C’est penser l’égalité dès l’enfance, en lien étroit avec les professionnel(le)s de la petite enfance et de l’éducation, pour prévenir stéréotypes et inégalités : ceci passera notamment par la réouverture de la PMI, la création d’un lieu d’accueil parents-enfants, un relais pour les assistantes maternelles. C’est encourager les pratiques sportives des filles et les pratiques sportives mixtes. C’est veiller à ce que chacune puisse en toute sérénité disposer de protections périodiques biologiques gratuites dans les établissements publics. C’est soutenir les associations oeuvrant pour les femmes et pour l’égalité. C’est, dans notre politique d’aide aux entreprises, promouvoir une parité effective et la lutte contre les violences au travail. C’est encourager le travail d’artistes femmes dans nos équipements culturels. C’est veiller à ce que les services de la ville soient accessibles à tous et à toutes de la même manière.

 

La mairie, enfin, a un rôle majeur à jouer en tant qu’employeur, en proposant par exemple des congés deuxième parent plus longs, en veillant à l’égalité de salaires entre ses employés et employées, mais aussi par exemple en introduisant des critères d’égalité dans ses appels d’offres.

Tous les leviers de l’action municipale doivent être utilisés pour favoriser une ville plus inclusive et où toutes et tous se sentent bien. Nous créerons une mission égalité qui veillera à la mise en oeuvre de ces actions et contrôlera leur application et leur efficacité.

 

Il est temps d’agir.

 


Source de tous les chiffres :

Rapport annuel sur l’état des lieux du sexisme en France en 2019, publié le 2 mars 2020

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_etat_des_lieux_du_sexisme_2019.pdf